Soins et hygiène

La première chose à laquelle il faut penser, c’est que la santé de votre animal passe par la prévention. Beaucoup de pathologies sont créées par un environnement non adapté (points vus précédemment : alimentation, logement).

L’hygiène est un autre point à ne pas négliger !

Un brossage régulier du pelage est primordial pour éviter la formation de boules de poils dans le tube digestif, pouvant nécessiter une intervention chirurgicale. Le lapin en ingère beaucoup durant sa toilette, notamment en période de mue. Exemple de type de brosse : Furminator spécial rongeur.

En complément du brossage, donner 10 ml de jus d’ananas frais non pasteurisé tous les jours à votre lapin (ou des comprimés de papaye) de manière à éviter les trichibézoards (boules de poils).

La coupe de griffes est impérative et doit se faire une fois par mois, de manière à éviter qu’elles soient trop longues et ne se coincent ou s’arrachent ou posent des problèmes aux pieds.

Les griffes contiennent un nerf et un vaisseau.

Il faut couper en avant de ceux-ci pour éviter les saignements et la douleur de l’animal. Cela se voit très bien sur les griffes claires. Attention donc à ne jamais couper dans le rose (la partie sanguine) de la griffe ! N'hésitez pas à faire réaliser la coupe par un vétérinaire si vous ne vous sentez pas de le faire.

Ne jamais donner de bains ou de douches aux lapins. Ce sont des animaux sensibles à l’hypothermie. Ils auront donc beaucoup de mal à se réchauffer une fois mouillés. Il ne faut pas utiliser le sèche cheveux qui peut brûler facilement leur peau qui est fragile. De plus le lavage retire le film protecteur de la peau. Il vaut mieux nettoyer uniquement la partie souillée avec un gant de toilette humide par exemple. Mais jamais l'animal en entier.

Ne pas nettoyer les oreilles de son lapin s’il est en bonne santé : ceci pourrait provoquer des otites.

La visite annuelle chez le vétérinaire n’est pas à négliger : elle permet de détecter les éventuels problèmes avant qu’ils ne prennent de l’ampleur. Il faut évidemment surveiller ses animaux (selles, poids, respiration, alimentation …) pour pouvoir agir rapidement en cas de maladie.