Retour au contenu

Les fourmis exotiques

Généralement, après avoir fait le tour des principaux genres indigènes, la plupart des éleveurs aiment se lancer dans l'exotique. J'entends par là, élever des espèces non présentes sur notre territoire métropolitain.

Dans le monde, il existe pour le moment plus de 12 500 espèces répertoriées et peut-être autant encore inconnues. Il y en a de tous types : des champignonnistes telles que les Atta et les Acromyrmex, des fourmis pot-de-miel avec les Brachymyrmex ainsi que les Myrmecocystus pour ne citer qu'elles, et encore bien d'autres tout aussi intéressantes comme les ponérines.

Myrmecocystus :

Fourmis pot de miel du genre Myrmecocystus

Les plus appréciées et les plus répandues en élevage sont certainement les fourmis du genre Camponotus avec notamment, les magnifiques Camponotus maculatus originaires d'Afrique. Les représentantes des Camponotus ont la particularité d'être très grandes, ce qui facilite l'observation, avec un développement beaucoup plus rapide et une diapause nettement plus courte par rapport à nos indigènes. La plus grande espèce du monde fait d'ailleurs partie du genre, les Camponotus gigas. Ces dernières sont très très rares dans l'élevage (car très fragiles, et compliquées à faire fonder) et à notre connaissance personne n'a jamais réussi à maintenir une colonie sur le long terme.

Pour revenir aux fourmis champignonistes, ces fourmis portent leur nom d'une symbiose qu'elles ont avec un champignon communément appelé fungus. Ces deux espèces ont tellement évolué ensemble qu'elles ont perdu la capacité de survivre seules. Elles forment de très grandes colonies dans la nature, certains ont déjà sûrement vu ou entendu parler des fameuses autoroutes de fourmis transportant morceaux de feuilles, de tiges, par milliers, ayant un impact nettement plus important que les mammifères présents sur le milieu. En élevage, elles sont assez présentes de par leur réputation mais il est impossible de posséder une colonie de taille similaire à celle qu'on trouve dans la nature, cela nécessiterait une installation gigantesque.

Atta et fungus :

Fourmis du genre Atta transportant des feuilles pour nourriture leur fingusFourmis du genre Atta sur leur fingus

Il y a également beaucoup de ponérines comme les Pachycondila, les Odontomachus et Paraponera qui sont très intéressantes dans leurs comportements et morphologies. Elles sont considérées comme primitives. Les Odontomachus ont la capacité d'ouvrir leurs mandibules à 180° et de rester ainsi un long moment sans bouger en attendant une proie. Lorsque celle-ci passe à proximité, les mandibules se referment avec une telle vitesse qu'elle n'a pas le temps de réagir. Ces fourmis peuvent être projetées à plusieurs centimètre de haut et de distance lorsqu'elles referment leurs mandibules contre une paroi. Cela permet également de rejeter les intrus à bonne distance. Certaines referment leurs mandibules à une vitesse supérieure à 230 km/h. Les Paraponera clavata possèdent la piqûre la plus douloureuse du règne animal. La douleur serait assimilée à une balle de fusil d'où son surnom de Bullet Ant. D'après Chmidt, ayant essayé énormément de piqûres du monde, la seule chose dont on aurait envie après s'être fait piquer par cette espèce, c'est de s'allonger et de mourir.

Odontomachus :

Fourmis du genre Odontomachus

Malheureusement, l'élevage de ces fourmis exotiques peut comporter des risques pour votre entourage (dans le cas des Paraponera) ou pour la biodiversité avec des espèces devenant envahissantes. Certes des Camponotus sp. ont beaucoup moins de chance de devenir un jour invasives, mais il vaut mieux toujours être attentif et conscient des dangers. Les fourmis sont également souvent vecteurs de pathogènes de toutes sortes pouvant causer des maladies potentiellement dangereuses.

suivi animal

Actualité / Tutoriels / Forums / Généalogie / Fiche d'identité