Physignatus coccincinus

Jeudi 18 octobre 2018, 17:53 Quentin

Un splendide reptile originaire d'Asie du Sud, plus particulièrement du Vietnam, du Cambogde, de la Thaïlande et du sud de la Chine. .

 

Fiche

Le physignatus cocincinus est soumis en France à un quota de détention ne pouvant excéder 25 spécimens. Au-delà, le détenteur doit être titulaire d'un certificat de capacité et d'une autorisation d'ouverture d'établissement d'élevage. 

Habitat et mœurs 

Lézard diurne et arboricole, il réside dans les forêts chaudes et humides habituellement à proximité de cours d'eau. Ce sont des animaux territoriaux. Les mâles surtout, veillent sur leur territoire et ne tolèrent aucun congénère du même sexe.

 Tout au long de l'année, les températures oscillent en moyenne entre 26 et 34°C en journée et peuvent avoisiner les 40°C sur la période de mars à avril, qui sont les mois les plus secs et les plus chauds. Les temps nuageux réduisent les températures en cette période et le taux d'humidité est assez élevé.

Le physignatus passe le plus clair de son temps dans les arbres, en quête de nourriture. En cas de grosse chaleur, il cherche les zones ombragées ou s'enfonce plus profondément dans la forêt. Le feuillage lui apporte camouflage et protection, lui évitant d'éventuelles menaces. Celui-ci n'hésite pas en cas de danger à plonger dans un cours d'eau pour prendre la fuite.

Caractéristiques de l'espèce

Le physignathus cocincinus est une espèce de sauriens de la famille des Agamidés

De couleur verte, souvent olivâtre, présentant des bandes transversales plus brunâtres, notamment visibles au niveau de la queue. Le ventre peut présenter des taches orangées. La base de la mandibule est plus claire, voire blanc rosé, et la gorge peut présenter une coloration blanche ou brune. Une ligne horizontale noirâtre, plus ou moins bien définie selon les individus, barre l'œil.

Atteignant les 2/3 de la taille totale de l'animal, aplatie latéralement, sa queue lui permet de garder l'équilibre sur les branches et lui confère également la possibilité de nager avec beaucoup de souplesse, c'est cet attribut qui lui a valu le nom de "Dragon d'eau", puisqu'il est également capable de s'immerger totalement pendant près de 30 minutes.

D'une longueur maximum de 90 cm (1 mètre pour de rares individus) les mâles sont généralement plus grands et plus massifs que les femelles. Ils pèsent en moyenne près de 500 g et ont une espérance de vie de 10 à 15 ans. Les mâles ont une crête épineuse dorsale partant du crâne jusqu'au premier tiers de la queue, et il arrive parfois qu'elle ne soit pas très développée chez certains individus.

Dimorphisme sexuel 

Pour sexer votre animal, il vous faudra attendre qu'il fasse au minimum 45 cm. Malgré tout, il n'est pas toujours aisé de faire la différence entre une femelle et un mâle, mais plusieurs éléments plus ou moins visibles suivant l'individu vous aideront à déterminer son sexe.

 Vous pouvez, dans un premier temps, regarder si les pores fémoraux sont visibles et bien colorés. Si c'est le cas, vous avez de grandes chances que ce soit un mâle. A contrario, des pores fémoraux peu visibles (voire pas du tout) et aucune coloration flagrante, indiquent de grandes chances d'avoir une femelle. 

Fiche

Certains aspects physiques tels que la crête dorsale très développée, une coloration rosée sous le cou, et/ou une bande noire très prononcée au niveau des yeux, une taille et une musculature imposante laissent penser que vous êtes une fois de plus en présence d'un mâle.

Bien entendu, ce n'est pas parce que l'un de ces critères n'est pas présent, que votre animal est forcément du sexe opposé, il est important de lister l'ensemble des critères que vous retrouverez chez votre reptile et d'en tirer la conclusion finale. Vous pouvez également demander, si vous avez un doute, à une personne qui est plus habituée à sexer cette espèce ou aller directement chez un vétérinaire qui vous apportera la réponse.

Maintenance

Terrarium

 Les dimensions du terrarium dépendront de l'âge de votre reptile et non de sa taille corporelle. Comme beaucoup d'espèces, le développement physique du physignatus va dépendre de l'espace qui lui sera proposé, c'est pour cette raison qu'il faut absolument respecter les dimensions minimales préconisées pour un bon développement. Dans l'idéal, on vous conseillera directement de prendre une taille bien supérieure aux dimensions minimales pour plusieurs raisons : 

  • Vous ne serez pas pris de court lorsque que vous devrez changer de terrarium quand il atteindra l'âge requis.
  • Plus il a d'espace, mieux son développement se fera.
  • Réduire le nombre de terrarium dans la vie de votre physignatus ne fera que du bien à votre porte-monnaie, sachant qu'il existe très peu de terrarium définitif pour un adulte sur le marché (ceux existant reste relativement cher, comptez au minimum 450 euros pour un 180x100x100). Il vous faudra donc construire de vos mains quelque chose de spacieux, le prix variera suivant les matériaux et le matériel de maintenance que vous intégrerez.
  • Changer trop souvent de terrarium est source de stress.

Il est tout à fait possible de mettre un juvénile dans le terrarium définitif ! ATTENTION, il faudra malgré tout prendre des précautions ! Bien fournir le terrarium de branchages verticaux et surtout horizontaux, pour que celui-ci puisse se rattraper en cas de chute et faire en sorte que le physignatus ait accès facilement à tous les points vitaux de son terrarium (lampe chauffante, UV, bassin...). Voici les dimensions de terrarium préconisées :

  • De sa naissance à ses 6 mois, les dimensions minimales sont de 120x80x120 (Lxlxh).
  • De ses 6 mois à ses 1 an, les dimensions minimales sont de 120x80x150 (Lxlxh).
  • Pour un physignatus adulte seul, les dimensions minimales sont de 120x80x180 (Lxlxh).
  • Pour un trio, les dimensions minimales sont de 200x100x200 (Lxlxh).

Aménagement

 Dans un premier temps, il vous faudra installer un bassin qui fera les 2 tiers de la surface au sol de votre terrarium. Le physignatus étant un excellent nageur et apnéiste, ce bassin devra aussi convenir pour que le reptile puisse s'immerger entièrement, ne lésinez pas sur la profondeur (30 cm minimum). Des bassins préformés de 150 L et bien plus encore sont en vente dans les animaleries et les jardineries, d'un volume idéal pour le physignatus et pour donner un aspect non symétrique et plus naturel à votre installation. Ou alors intégrez directement un aquarium dans votre terrarium. Le bassin devra comporter un filtre adapté à son litrage pour recycler l'eau et éviter que celle-ci ne soit souillée trop rapidement. Pour un grand bassin il vous faudra une pompe externe qui correspondra au double de la capacité de filtrage par rapport au volume du bassin. L'eau de votre bassin sera à changer de manière régulière suivant la vitesse à laquelle elle se salira. L'eau devra être chauffée à 28°C grâce à un thermoplongeur correspondant à 1 watt par litre d'eau.

Il vous faudra installer une aération haute et une aération basse, qui permettront le renouvellement et une circulation optimale de l'air.

Aeration

 

Pour le substrat, vous avez plusieurs choix :

  • De la tourbe de coco.
  • De la fibre de coco recouverte de mousse.
  • Du terreau SANS ENGRAIS.
  • Un mélange de terreau, de tourbe blonde et de sable.
Le gravier et les copeaux de bois seront à exclure afin d'éviter le risque d'occlusion intestinale.

Les plantes

 Vous aurez le choix entre de vraies ou de fausses plantes, dans les deux cas le terrarium devra être bien fourni pour se rapprocher au maximum du biotope de l'animal qui vit dans des forêts denses et humides. 

Le physignatus à la réputation d'être à l'âge adulte et même parfois avant, un vrai bulldozer. En somme, les plantes vivantes que vous installerez devront tenir le choc fasse à son poids et ses griffes. Les vraies plantes retiennent mieux l'humidité que les fausses et sont esthétiquement plus agréables à regarder, mais il faut savoir que celles-ci doivent être adaptées à l'environnement tropical de votre terrarium ! S'ajoute à cela le risque de toxicité de certaines plantes qui peuvent rendre malade votre animal et dans le pire des cas le tuer. Pour cette espèce je vous conseillerais donc de partir sur de fausses plantes sans lésiner sur le prix pour que celles-ci semblent aussi vraies que possible et soient très résistantes. Le choix s'offre à vous !

Les lampes

 Pour ce qui est des lampes UVA/UVB et chauffantes, votre reptile aura un besoin vital d'être exposé à une lampe ou un néon qui lui offrira à la fois UVA et UVB tout au long de la journée. Celles-ci sont indispensables pour que votre reptile absorbe mieux le calcium afin de développer son appétit et digérer au mieux chaque repas. Les UV sont tout aussi indispensables pour qu'il puisse muer très facilement et avoir la meilleure croissance possible. Pour cela on préconisera des lampes 3-en-1 qui offriront à la fois UVA, UVB et la température requise. Le prix de ces lampes est très onéreux, il faut compter au moins 40 euros minimum pour une ampoule voire jusqu'à 80 euros suivant la marque, mais à la différence des autres lampes et des néons, celles-ci ont une espérance de vie bien plus élevée, 1 an pour les lampes 3-en-1 contre 6 mois pour les néons (qui ne fournissent pas de chaleur). Toujours privilégier des lampes de qualité.

La puissance en watt des ampoules 3-en-1 sera à adapter suivant la taille de votre terrarium, la sonde qui mesurera votre température au point chaud devra se trouver sur la branche horizontale et dans l'axe verticale à une distance de votre ampoule qui sera définie par la température de votre point chaud (exemple : si je souhaite avoir 35 °C au point chaud je baisserai ou monterai la branche où est maintenue la sonde jusqu'à obtenir la température souhaitée, mais toujours en respectant une distance de sécurité de 20 cm minimum). En plus de votre lampe 3-en-1 il est conseillé de rajouter un néon de bonne qualité sur toute la longueur du terrarium qui donnera un appoint d'UVB et un éclairage supplémentaire.

Quelle que soit la lampe utilisée, il faudra toujours placer votre ampoule de manière à ce qu'elle soit inaccessible pour votre reptile afin d'éviter les brûlures. Dans le cas où votre ampoule est à l'intérieur du terrarium, il est obligatoire d'installer une grille de protection adaptée. 

Pour respecter au mieux le biotope du dragon d'eau, nous reproduirons les heures d'éclairage par rapport à son lieu de vie d'origine. En été (en juin) on éclairera 13 heures par jour, puis on baissera progressivement de 15 minutes par mois pour atteindre approximativement 11 heures et 30 minutes d'éclairage en décembre. Passé décembre, nous augmenterons le temps d'éclairage de 15 minutes par mois pour atteindre 13 heures d'éclairage en juin.

L'alimentation

 Insectivore, le physignatus aura besoin de se nourrir exclusivement d'insectes de bonne qualité, achetés en animalerie ou provenant de votre élevage personnel et nourris par vos soins avant d'être distribués.

Suite à l'achat de vos insectes en magasin et lors de votre élevage, il faudra les nourrir de fruits et légumes qui auront pour rôle d'apporter l'hydratation nécessaire. Suivant l'insecte, il est possible aussi de leur donner des croquettes pour chien ou chat, des paillettes pour poissons et des restes de nourriture. Dans l'idéal, vous pouvez nourrir vos insectes avec des produits bio, mais le coût risque d'être élevé. 

Il y a deux types d'insecte pour le nourrissage du reptile :

1. Les insectes dits "basiques", qui formeront l'alimentation principale, avec un apport nutritionnel très riche :

  • Grillons
  • Blattes
  • Criquets
  • Sauterelles
  • Vers à soie

2. Les insectes dits "de friandises", qui viendront compléter une fin de repas suite au nourrissage avec les insectes de base. Ils n'ont aucun apport nutritionnel intéressant, si ce n'est le goût qui est souvent très apprécié par les reptiles. Ils sont à donner en ration très limitée et de manière variée afin d'éviter toute addiction qui pousserait votre reptile à refuser des insectes plus nutritifs et meilleurs pour sa santé.

  • Vers de morio
  • Vers de farine
  • Vers de Goliath
  • Vers de terre
  • Larves de cétoine
  • Teignes de ruche
  • Mouches
  • Araignées
  • Papillons de nuit
  • Escargots (la coquille peut être mangée, elle est pleine de protéines)
  • Guppys
Pour les insectes prélevés dans la nature, il y a quelques consignes à respecter : le prélèvement se fera toujours dans un endroit isolé de tout traitement chimique, afin d'éviter toute ingestion d'insectes traités qui engendrerait de graves maladies pour votre animal. À l'issue du prélèvement de vos insectes, il vous faudra les nourrir pendant plusieurs jours afin qu'ils évacuent de manière naturelle, toute trace de pesticide et d'insecticide qui pourraient rester en eux, malgré les précautions que vous avez prises lors du prélèvement.
Il est fortement recommandé d'élever ses propres insectes afin d'avoir la possibilité de les nourrir sainement depuis la naissance jusqu'à l'âge adulte. Ceci a pour but d'optimiser la qualité des insectes que vous donnerez à votre reptile. De plus, la reproduction à un impact assez conséquent sur la baisse de vos dépenses en termes d'achats d'insectes en magasin.

L'hygrométrie

Le dragon d'eau a besoin d'un taux d'humidité situé entre 50 % et 60 % en moyenne avec des pics de 80 % à 90 % deux à trois fois par jour. La mise en place d'un bassin d'eau chauffé dans le terrarium, accompagné d'une pulvérisation régulière (par le biais d'un pulvérisateur automatique, ou d'un simple spray manuel), facilite la régularisation de l'hygrométrie. Il est possible de pulvériser peu de temps avant l'extinction des lampes, ce qui favorise une humidité stable toute la nuit. 

Les températures

Dans votre installation les températures devront avoisiner 32 à 40 °C toute l'année au point chaud et de 25 à 30 °C en zone froide. La nuit, la température ambiante de votre pièce sera tout à fait convenable pour votre physignatus, environ 18 à 22 °C.

Le décor de fond

Le décor est aussi l'une des parties importantes de votre installation, elle donnera un aspect naturel et esthétique à vos yeux et ceux de votre animal. Pour ce faire, une méthode relativement simple et efficace vous est proposée. 

Sur le fond de votre terrarium, vous aurez la possibilité de coller des plaques de polystyrène extrudées, avant de les coller déposez-les sur le sol et recouvrez-les de mousse expansive, en y intégrant des branches et des éléments de décor, qui dépasseront de votre mousse. Après plusieurs heures de séchage, vous pourrez tailler votre mousse afin de lui donner un aspect de roche.

Suite à ça, vous pourrez dans un premier temps recouvrir votre mousse expansive avec trois couches de mortier hydrofuge ou de colle à carrelage pour extérieur, ceci permettra d'imperméabiliser votre mousse contre l'humidité. Après séchage vous pouvez recouvrir votre mortier ou votre colle à carrelage de peinture afin de donner des couleurs de roche le plus naturel possible. Et pour finir trois couches de vernis bain et cuisine, qui viendra définitivement étanchéifier le décor de fond. 

 Faites attention à toujours faire votre décor dans un espace ventilé pour éviter tout risque d'intoxication. Pour votre terrarium il est recommandé de le faire tourner quelques jours avec la pulvérisation afin de rincer le décor et de le laisser s'aérer au maximum avant d'y installer votre dragon.

Reproduction en captivité 

L'accouplement

Fiche

La reproduction de cet agame, n'est en soi pas très compliquée. La difficulté majeure est de pouvoir subvenir aux besoins, à la fois du couple mais aussi des futurs petits. Idéalement maintenu seul toute l'année, vous devrez placer le couple dans le même terrarium afin de voir dans un premier temps si la femelle est réceptive pendant la période de reproduction. La parade nuptiale est assez atypique, le mâle aplatit ses flancs pour paraître plus imposant et hochera la tête avant de s'avancer auprès de la femelle. Si la femelle est réceptive, elle restera immobile et se laissera faire, dans le cas contraire elle montrera des signes d’agressivités et fuira. 

Dans le cas où la femelle se laisse faire, le mâle la saisira au cou en la mordant. Ceci peut paraître choquant mais c'est toujours de cette manière que procèdent les dragons lorsqu'ils s'accouplent. Ensuite il passera une patte par-dessus la queue de la femelle afin d'introduire un de ses hémipénis dans son cloaque. La copulation peut durer quelques minutes, à raison de plusieurs fois par jour. Suite à cela vous pourrez séparer la femelle de votre mâle pour la remettre dans son terrarium d'origine.

Il est important de reproduire des individus aillant au minimum un an, voire un an et demi pour être totalement sûr qu'ils aient atteint leur maturité sexuelle.

Gestation et ponte

Pendant la période de gestation qui dure environ six semaines, la femelle aura besoin d'un apport nutritionnel plus important que d'habitude, il ne faudra donc pas lésiner sur la quantité que vous lui donnerez et la fréquence des repas.

Quelques jours avant la ponte, elle va chercher un endroit adéquat pour déposer ses œufs, elle va donc commencer à creuser un peu partout dans le terrarium. C'est pour cette raison que votre terrarium devra avoir une épaisseur de substrat humide (sans être détrempé) de 20 cm minimum et plusieurs lieux possibles pour qu'elle choisisse l'endroit qui lui convient le mieux. Elle pondra en moyenne une dizaine d’œufs

Elle sera donc très affaiblie par les efforts liés à la ponte, il faudra donc s'occuper d'elle attentivement en la nourrissant toujours avec un rythme assez soutenu, il se peut qu'elle refuse, mais il est important de lui proposer tous les jours.

 Il est conseillé pendant cette période de lui apporter des compléments alimentaires tels que du calcium et des vitamines à raison de deux à trois fois par semaine en passant par des insectes lors du nourrissage afin d'éviter les carences. 

Incubation 

Suite à la ponte vous aurez deux solutions :

  • La première est d'incuber les œufs dans le substrat du terrarium, c'est une façon de faire très peu employée mais totalement réalisable. Pour ce faire il est important de ne pas toucher les œufs et de bien les laisser dans le lieu où ils ont été enterrés par la femelle. Le substrat devra toujours être humide mais jamais détrempé au risque de faire moisir les œufs.
  • La seconde est sans aucun doute la plus utilisée, c'est de retirer les œufs du terrarium sans les retourner (il est possible faire une trace avec un feutre sur le dessus pour mieux se repérer). Ensuite placez les œufs dans une boite plastique assez grande avec 10 à 15 cm de vermiculite, de tourbe blonde, ou du terreau, et humidifier le tout. Laissez un bon espace entre chacun d'eux. La boite plastique sera placée dans un incubateur à une température de 28 à 32 °C, les petits mettront une soixantaine de jours avant de naître.
Fiche

Les juvéniles

Afin d'éviter de les stresser, il est recommandé de laisser les petits immergés quelques heures. Placer les ensuite dans un terrarium similaire à celui des adultes pour qu'ils puissent profiter pleinement de l'installation.

Nourrissez-les à volonté de petits insectes, comme des micros grillons, des blattes juvéniles en respectant toujours l'alimentation de base et les friandises. Les friandises peuvent être données avec parcimonie afin d'éviter l'addiction à la "malbouffe" qui provoquerait un développement corporel plus lent. Plus les juvéniles grandiront, plus il faudra adapter la taille des insectes afin de donner un apport nutritionnel conséquent.

Pour les juvéniles aillant atteint quelques semaines (même avant si c'est possible), il faudra commencer à les séparer dans des terrariums différents, ou les proposer à la vente, toujours à des personnes possédants une installation adéquate et construite pour qu'ils vivent individuellement afin d'éviter les problèmes de domination.

Références

Legifrance, (2004). Arrêté du 10 août 2004 fixant les règles générales de fonctionnement des installations d'élevage d'agrément d'animaux d'espèces non domestiques. Repéré sur Legifrance.

Groupe facebook "Dragon d'eau, bien l'élever", (2018). Fiche d'élevage physignatus cocincinus.

Photographies de Jordan Cadiot http://jordancadiot.wixsite.com/jordancadiot, de Jessy Preisser et Uny vert.

Fiche d'élevage repérée sur lesdragonsdeau.over-blog.

Forum "lesdragonsdasgard", (2012). Fiche d'élevage physignatus cocincinus.

 


 

Résumé

Fiche

Physignatus coccincinus


Règne
Animalia
Embranchement
Chordata
Classe
Reptilia
Ordre
Squamata
Famille
Agamidae
Genre
Physignathus
Espèce
cocincinus
Race
Dragon d'eau vert

Reproduction

Une dizaine d’œufs

Maturité sexuel, 1 an minimum

6 semaines de gestation 

60 jours d'incubation


Développement

Il mue et grandi sur une longue période de sa vie


Taille

70 à 90 cm pour les mâles

65 à 75 cm pour les femelles


Maintien

Dimension terrarium :

  • de sa naissance à ses 6 mois, 120x80x120
  • de ses 6 mois à ses 1 an, 120x80x150
  • pour un adulte seul, 120x80x180
  • pour un trio, 200x100x200

Substrat :

  • terreau sans engrais
  • tourbe blonde
  • fibre de coco
  • mélange de terreau, de tourbe, et de sable

Un bassin de 30 cm mini de profondeur chauffé à 28 °C minimum 

Des plantes et beaucoup de branchage horizontal 

Lampe 3-en-1 et néon UVB de qualité 

Aération haute et basse


Partagez !