oct. 2

Une nouvelle espèce d'anguille surpuissante découverte en Amazonie

Mercredi 2 octobre 2019, 21:00 Jabran
Capable d'émettre des décharges à de 860 volts, cette nouvelle anguille se hisse au sommet du monde animal

Capable d'émettre des décharges de 860 volts, Electrophus voltaï se hisse au sommet du monde animal

Connue pour être la plus importante forêt du monde avec une biodiversité unique, l'Amazonie abrite encore aujourd'hui plusieurs millions d'espèces animales et végétales malgré l'impact de l'Homme sur celle-ci. Découvertes il y a maintenant 250 ans, les anguilles électriques n'ont eu de cesse de fasciner biologistes et scientifiques en tous genres de par leurs particularités à posséder des organes pouvant atteindre 80% de leurs masses et capables de générer des charges électriques allantes de 50 millivolts à quelques 650 volts du haut de leurs 2m50.

Toutefois, ces chiffres semblent devoir être revus à la hausse. En effet, une équipe de chercheurs du musée d'histoire naturelle Smithsonian à Washington - États-Unis -  a récemment découvert deux nouvelles espèces d'anguilles dans des zones d'eaux douces d'Amazonie. L'une d'elles, nommée Electrophorus voltaï, brise les records puisqu'elle serait capable d'envoyer des décharges allant jusqu'à 860 volts, soit 210 de plus que l'unique espèce connue jusqu'à aujourd'hui. Ce "petit" boost la propulse ainsi parmi les plus puissantes espèces électriques du monde animal.

Les organes de ces anguilles électriques sont situés sur leurs parties postérieures. Elles utilisent leurs particularités principalement comme moyen pour se défendre et attraper leurs proies. Certaines décharges sont telles qu'elles seraient capables de paralyser un cheval voire tuer un humain par électrocution.
Une adaptation à l'origine de cette espèce

Electrophorus voltaï se situe majoritairement sur les hauts plateaux de l'Amazonie dans des zones d'eau douces. Les eaux douces ayant une conductivité électrique relativement faible, une charge électrique plus grande est nécessaire pour lui permettre de "compenser" et atteindre ainsi un ratio équivalant à ceux de ses congénères. On estime aujourd'hui à 250 le nombre d'espèces de poissons électriques vivant en Amérique du Sud utilisant leurs organes principalement pour s'orienter ou communiquer.

Pouvoir encore trouver de nouveaux poissons d'une telle taille dans la forêt amazonienne, en dépit des activités humaines qu'elle subit depuis 50 ans, montre qu'il reste énormément d'espèces à découvrir, dont beaucoup pourraient servir à la recherche médicale ou susciter des avancées technologiques.
 

Analyse Carlos David de Santana du musée Smithsonian.

Les chercheurs ont pendant longtemps étudié la faculté de production d'énergie de ces poissons. Leur anatomie a également été une source d'inspiration pour le célèbre physicien Alessandro Volta et sa pile voltaïque de 1799. Autrefois, certains médecins égyptiens utilisaient même des raies électriques pour soigner l'épilepsie et, encore aujourd'hui, les anguilles sont étudiées pour des maladies neurodégénératives ou encore pour le développement d'une pile à hydrogène à des fins médicales. 

Référence

Futura-Sciences, (2019). Cette anguille envoie les décharges électriques les plus puissantes du monde animal. Repéré sur Futura-Sciences.

Articles similaires