févr. 15

Un vaccin anti-cancer grâce aux souris ?

Jeudi 15 février 2018, 20:18 Julia
Il n'a été testé que sur elles pour le moment mais il est prometteur

Il n'a été testé que sur elles pour le moment mais il est prometteur

Des chercheurs de l'université de Stanford ont éliminé un lymphome sur des souris en injectant un produit immunostimulant directement dans les tumeurs et ont obtenu un résultat prodigieux :  sur 87 des 90 souris injectées, ce cancer du système lymphatique avait disparu. Sur les 3 restantes, il a fallu plusieurs injections avant la disparition des tumeurs selon le Science Translational Medecine. 

Jusqu'ici, les injections avaient échoué car l'organisme reconnaît difficilement les cellules malignes comme étant dangereuses. Le produit injecté à ces souris "aide" donc l'organisme à "identifier" ces cellules et donc à les attaquer efficacement, allant même jusqu'à les faire disparaître. Les cancers du sein, du côlon, de la peau, ont ensuite été testés et avec grand succès. Les souris nous ont donc permis, une nouvelle fois car elles sont très utiles en recherche biologique, de nourrir de grands espoirs pour la médecine :  moins de recours à la chirurgie, limitation des risques de rechute. 

Pourquoi expérimenter sur les souris ? 

Georges Chapoutier, chercheur au CNRS, explique que "ce sont des mammifères proches de l'homme, sans l'être trop quand même" (rappelons qu'ils sont considérés en grande partie comme des nuisibles, surtout les rats) pour plusieurs raisons. Premièrement, ils sont très doux et donc très faciles à manipuler. Deuxièmement, ils sont petits et donc faciles à gérer. On peut facilement placer 100, 200 rats ou souris en cage dans un même endroit. Ils se reproduisent très vite (la gestation est de trois semaines et l’animal est adulte au bout de deux mois, ce qui permet une nouvelle fois de travailler facilement sur de grandes quantités d’animaux, pour tester un nouveau médicament par exemple). 

QUID des débats sur la recherche animale ?

Georges Chapoutier explique que OUI, les recherches sur les animaux sont de mieux en mieux encadrées (cf. article :  expérimentation animale, la réplique des chercheurs) et qu'il y a maintenant un réel encadrement, alors qu'il y a 40 ans lorsqu'il a commencé à travailler, les chercheurs étaient "libres" de faire des animaux ce qu'ils voulaient dans le cadre de leurs recherches. Mais ceci reste un éternel débat entre chercheurs et associations de défense des animaux, qui continuent régulièrement de s'affronter. 

Source : Le Dauphiné

Articles similaires