juin 2

Un cinquième phoque retrouvé décapité dans le Nord

Samedi 2 juin 2018, 18:51 Julie
Son cadavre a été signalé à l'association Sea Sheperd

Son cadavre a été signalé à l'association Sea Shepherd

La série noire continue pour les phoques de la côte d'Opale. Après la mort suspecte de quatre autres phoques depuis le mois de janvier 2018, c'est un cinquième qui vient d'être signalé à l'association Sea Shepherd. (Cf. : Deux phoques retrouvés morts sur une plage du Touquet) (Cf. : Un nouveau phoque retrouvé mort dans le nord).

C'est un promeneur qui a découvert le corps de l'animal décapité et les nageoires sectionnées. Les autres phoques retrouvés morts ces derniers mois ont été tués au fusil et/ou décapités. L’association avait promis une récompense de 10 000 euros pour quiconque aiderait à faire progresser les enquêtes (Cf. : Sea Shepherd : 10 000 € pour retrouver les tueurs de phoques du Touquet). Suite à cela, une quinzaine de personnes se sont ainsi manifestées, sans que leur aide soit pour l’instant utile. 

Des investigations sont en cours afin de trouver les coupables de ces morts en série. Toutes ont été regroupées et confiées à la gendarmerie maritime du Havre (Seine-Maritime) car certaines de ces morts auraient pu avoir lieu en mer. Selon un guide naturaliste à Saint-Valéry-sur-Somme :

"Le phoque est un animal très intelligent, quand il voit des filets de pêche remplis, il comprend que cela représente un véritable garde-manger et peut être tenté d’y piocher."

Pour lui, certains pêcheurs n'hésiteraient pas à abattre l'animal, même si l'espèce est protégée.

Sea Shepherd déplore un sentiment anti-phoques grandissant, notamment au sein d'un collectif anti-phoques basé à Berck, qui appelle ouvertement à une régulation de l’espèce par la main de l’homme, estimant qu’elle le concurrence au niveau de la pêche. 

À l'heure actuelle, environ 1100 phoques vivent sur le littoral, de la baie de Somme à la frontière belge. 

Référence

Jacquard, N., (2018). Nord : un cinquième phoque retrouvé mort, décapité. Repéré sur Le Parisien.

Articles similaires