nov. 12

Trafic de viande de brousse : La Belgique pointée du doigt !

Lundi 12 novembre 2018, 13:03 Laurent
Ce trafic explose à l'échelle mondiale

Ce trafic explose à l'échelle mondiale

La viande de brousse constitue un moyen de consommation pour les populations locales depuis très longtemps. Cette viande constitue notamment une certaine sécurité alimentaire, elle apporte quasiment jusqu’à 90 % des apports en protéines animales consommées localement et  contribue à une source de revenus pour les familles des régions rurales. 

Le problème est que les demandes n'en finissent plus d’affluer.  Plus le temps passe et plus les populations montent en flèche, ce qui perturbe considérablement l'équilibre entre ce qui peut être offert et  ce qui est demandé. Pour satisfaire toutes ces demandes, la construction de routes et l’établissement de camps de travailleurs, les exploitations forestières et minières, contribuent à rendre plus accessibles des régions reculées de l’arrière-pays, de sorte que de nouvelles zones se trouvent exploitées par des chasseurs utilisant des techniques sophistiquées.

Résultat : Chaque année, plus de trois millions de tonnes de viandes de brousse y sont prélevées du bassin du Congo. Comme le stipule le WWF, cela représente environ la moitié de la production annuelle de viande bovine dans les pays de l’Union européenne. 

Le commerce de viande est donc désormais la menace principale pour 85% des primates et des ongulés. Au fil du temps, les conséquences sur la biodiversité sont nombreuses, comme la disparition progressive des espèces essentielles au maintien de tout un écosystème. Entendons par là,  les espèces dites clés comme par exemple les grands singes qui contribuent à la régénération forestière en y dispersant des graines. 

De plus, selon des estimations,  la consommation de  viande d'animaux sauvages serait responsable de 75% des maladies infectieuses émergentes pouvant être transmises des animaux aux humains.

Et la Belgique dans tout ça ? Et bien, selon le WWF, l'aéroport de Zaventem est soupçonné de jouer le rôle de plaque tournante pour l'importation de viande de brousse,  en raison d'un nombre élevé d'arrivages en provenance d'Afrique. Par ailleurs, le gouvernement fédéral a ouvert une enquête pour y analyser l'ampleur du trafic. Cependant, cela reste très difficile d'appliquer une loi qui pourrait permettre l'éradication de cette tendance néfaste.  

L'ONG ajoute également que des solutions doivent être prises en compte à tous les niveaux sur la chaîne commerciale, et qu'une meilleure application de la loi est nécessaire, par le moyen de contrôles plus efficaces et d'amendes pour dissuader les trafiquants, les aéroports et les commerces. Une collaboration doit être développée avec les communautés locales et la diaspora africaine, afin de sensibiliser et ainsi  augmenter la  prise de conscience des consommateurs. 

 Le WWF demande à la Belgique de montrer l’exemple en prenant ses responsabilités pour la protection des espèces sauvages. En d'autres termes,c'est au gouvernement d’intensifier ses actions contre ce trafic. 

Photo : Sylviane Verstreken

 

 

 

 

 

Référence

WWF-Belgique, (03/10/2018). De l'Afrique à la Belgique : Le trafic de viande de brousse explose. Repéré sur WWF-Belgique.

Articles similaires