janv. 22

Trafic de reptiles sur Facebook

Lundi 22 janvier 2018, 10:01 Caroline
Le manque de surveillance du réseau social favorise le trafic de reptiles

Le manque de surveillance du réseau social favorise le trafic de reptiles

Le réseau social Facebook est devenu un outil précieux pour des trafiquants philippins. En trois mois seulement, 5 000 reptiles de 115 espèces différentes (crocodiles, serpents, lézards ou tortues) ont été mis en vente. Pourtant, plus de la moitié de ces espèces sont protégées au niveau international ou par la loi philippines qui prévoit des amendes et  peines de prison pour les trafiquants de ces espèces en danger. Ce qui fait du célèbre réseau social le premier site de trafic d'animaux sauvages aux Philippines, dont les groupes servant au trafic de reptiles comptaient près de 350 000 membres.

Alors que Facebook se voit accusé par une ONG de surveillance de la faune sauvage de ne pas lutter assez contre le trafic, il répond par un engagement auprès de l'ONG pour éradiquer les trafics d'animaux sauvages. Le réseau social ne tolérera pas la vente et le trafic d'animaux en danger qui lui seront signalés. Malgré les interventions régulières des autorités, le trafic persiste encore, et doit être constamment surveillé.

 

Source : Sciences et Avenir

Articles similaires