mars 31

Sibérie : les morses migrants

Samedi 31 mars 2018, 17:26 Justine
Chaque année, les odobénidés arrivent sur les côtes Sibériennes

Chaque année, les odobénidés arrivent sur les côtes Sibériennes

Épuisés par la traversée de la mer des Tchouktches (située entre les Etats-Unis et la Russie), des milliers de morses s'échouent dans le détroit de Béring. Le morse vit à l'écart des projecteurs contrairement à l'ours polaire. Pourtant, il est classé sur la liste rouge des espèces menacées. Habituellement, les morses se servent des plaques de banquise afin de se reposer et de s'alimenter mais aujourd'hui, à cause du réchauffement climatique et de la fonte des glaces, ils sont obligés de s'ameuter sur terre ; cela engendre des maladies et de nombreuses blessures. Nous comptions 250 000 morses du Pacifique dans les années 1980, et en 2006 : 129 000, soit une perte de 121 000 morses. Qui plus est, le quota de pêche en Tchoukotka s'élève à 1 500 morses par an.

D'après le brillant connaisseur russe de morses : Kochnev, le plus grand rassemblement de morses a lieu chaque année près du cap Serdtse-Kamen (Russie). Mais ces regroupements anormaux causent les femelles à aller chercher leur nourriture assez loin, de ce fait, leur progéniture est prise pour cible par les prédateurs affamés. De plus, le trafic maritime représente un gros danger pour les morses : prospection pétrolière, pollution, collision et lorsqu'ils se trouvent hors de l'eau, certains se retrouvent même avec le corps scarifié par la roche.

Chaque année, les odobénidés arrivent sur les côtes Sibériennes

Le morse est un mammifère marin des plus craintifs, le moindre bruit les entraîne à se bousculer et ainsi à causer la mort des petits. Ce dernier est toutefois protégé par le Marine Mammal Protection Act (MMPA).

Source : Géo

Articles similaires