mars 7

Que sont devenus les chiens-loups sauvés par la SPA dans les Ardennes ?

Mercredi 7 mars 2018, 19:53 Julie
Presque un an après le sauvetage de 119 chiens-loups, enfin des bonnes nouvelles

Presque un an après le sauvetage de 119 chiens-loups, enfin des bonnes nouvelles

En mai 2017, la Cellule Anti-Trafic (CAT) de la SPA ainsi que 19 refuges se sont mobilisés pour venir en aide à 119 chiens-loups de Tchécoslovaquie et à des chiens-loups de Saarlos, dans un élevage des Ardennes.

Cette opération faisait suite à une plainte déposée par la CAT en 2016 pour mauvais traitement par un professionnel. Une autre plainte avait déjà été déposée par la Cellule anti-trafic, en 2012 pour des faits similaires, dans ce même élevage. Les chiens, qui n'étaient jamais en contact avec l'homme, étaient sous-alimentés, non-soignés et présentaient des attitudes craintives voire agressives, pour la plupart. Des femelles et leurs chiots se trouvaient dans des locaux humides et insalubres et d'autres chiens vivaient dans des caves, dans le noir complet.

Les 119 animaux ont été répartis dans 19 refuges à travers la France. Les bénévoles, les soigneurs, les vétérinaires et les comportementalistes animaliers ont effectué un très long travail afin de familiariser les chiens-loups à leur nouvel environnement, car certains n'avaient même jamais vu d'herbe. Mais les intervenants ont dû s'armer de patience, pour la sociabilisation de ces animaux. En effet le chien-loup est un chien de base très craintif, et ceux-ci l'étaient d'autant plus compte tenu de leur histoire.

À ce jour, 90 chiens ont été adoptés, avec la plus grande vigilance de la SPA. Dix autres n'ont pu être adoptés, car leur côté semi-sauvage était trop important. Ils sont aujourd'hui dans un parc naturel, profitant de leur vie en partie sauvage, et de grands espaces. Quant aux autres chiens, il reste encore un peu de travail pour leur redonner confiance en l'homme. Dès qu'ils seront prêts, ils pourront partir dans une nouvelle famille qui respectera leurs besoins.

Le Tribunal Correctionnel a condamné l'éleveur à 4 mois de prison avec sursis, pour mauvais traitements envers des animaux.

Source : Oh my mag

Articles similaires