févr. 20

Les renards investissent les villes

Mardi 20 février 2018, 17:27 Julia
La faim les pousse à se déplacer en zone urbaine

La faim pousse les renards à se déplacer en zone urbaine

C'est Désirée, une renarde, qui a été la première à apporter l'information : elle a permis à la fédération des chasseurs de l'Oise d'analyser ses habitudes nocturnes. Et elles sont surprenantes. 

Toutes les nuits, Désirée se promène presque incognito. Presque, car elle est équipée d'une balise GPS, qui permet de suivre son parcours et de le décortiquer et ce, durant les 6 prochains mois. On a ainsi appris qu'elle se promenait en catimini près des habitations, ainsi que dans les jardins communaux, pour chercher de quoi se nourrir. Une proximité jusqu'ici sans danger, le renard étant plus craintif qu'agressif (cf. article : Chantal se bat pour récupérer sa renarde) mais qui n'est cependant pas sans conséquences sanitaires : Le renard transporte dans ses matières fécales le parasite de l'échinococcose alvéolaire, une maladie qui peut mettre jusqu'à 10 ans à se déclarer et qui peut être mortelle si elle n'est pas ou mal diagnostiquée. On dénombre chaque année 30 nouveaux cas de cette maladie, la présence de renards étant plus forte en milieu urbain qu'il y a 20 ans. La rage du renard, quant à elle, a été éradiquée de France en 2001 mais en cas de morsure - fait rare mais pas impossible - l'animal est tout de même tué et analysé afin de vérifier la présence ou non du virus. Ce phénomène de renards en ville n'est pas exclusivement français :  d'autres cas ont été constatés en Grande-Bretagne et un peu partout en Europe.

La faim les pousse à se déplacer en zone urbaine

Ci-dessus, Désirée le jour de la pose du collier émetteur. 

Articles similaires