juin 4

Les gendarmes maritimes du Havre recherchent les tueurs de phoques, sans relâche

Lundi 4 juin 2018, 20:35 Julie
Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie maritime du Havre

Une enquête a été ouverte

Le 10 janvier dernier, un phoque était tué à Oye-plage (Pas-de-Calais) par un fusil de chasse. Un autre animal était retrouvé au mois de mai sur une plage du Touquet, lui aussi touché par des plombs de chasse en plus d'avoir reçu des coups de pieds (Cf. : Deux phoques retrouvés morts sur une plage du Touquet). Dans les deux cas, une enquête a été ouverte, confiée à la gendarmerie maritime du Havre (Seine-Maritime). Ajoutons à cela trois autres cadavres retrouvés tête et queue coupées, peut-être pris dans des filets de pêche. En fonction des autopsies pratiquées, ces trois cas pourraient être joints à l’enquête en cours.

Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie maritime du Havre

Face à cette série noire, l’association de défense de l’environnement marin Sea Shepherd a proposé une récompense de 10 000 euros à quiconque fournirait des renseignements permettant l’interpellation des auteurs (Cf. : Sea Shepherd : 10 000 € pour retrouver les tueurs de phoques du Touquet). L'avocat de l'association précise :

"Nous sommes convaincus qu’il s’agit de la même bande. L'association ne lâchera pas tant que ces gens ne seront pas mis hors d’état de nuire". "Ceux qui se baladent sur une plage avec un fusil pour s’en prendre à un phoque sont capables de faire ça à un être humain".

Dans sa ligne de mire : un collectif anti-phoques basé à Berck (Pas-de-Calais).

Au-delà des deux phoques abattus au fusil, certains pensent que ceux retrouvés décapités auraient pu avoir été pris accidentellement dans des filets, voire tués par des pêcheurs.

1 100 individus ont été dénombrés, du Tréport (Seine-Maritime) jusqu’à la frontière belge. Soit 709 phoques veaux marins, les plus petits, et 402 phoques gris, pouvant peser 300 kg. Chacune de ces espèces consomme 750 tonnes de poissons par an. De quoi énerver certains pêcheurs qui n'hésiteraient pas une seule seconde à abattre un animal trop proche de leurs filets.

Rappelons tout de même que le phoque est une espèce protégée.

 

 


 

Référence

Jacquard, N., (2018). Traque aux tueurs de phoques dans la Somme. Repéré sur Le Parisien.

Articles similaires