nov. 9

Les cirques responsables du commerce illégal d'animaux sauvages

Jeudi 9 novembre 2017, 18:26 Caroline
Un des responsables du commerce illégal d'animaux sauvages seraient les cirques, difficilement contrôlables

Un des responsables du commerce illégal d'animaux sauvages seraient les cirques, difficilement contrôlables

Les particuliers sont de plus en plus nombreux à détenir des animaux sauvages. Se procurer un animal sauvage semble facile, pourtant la surveillance de ce traffic illégal est proche de l'impossible. La fondation 30 Millions d'Amis ne peut intervenir que lorsqu'il y a des preuves de détention illégale, comme lorsque certains publient une photo ou vidéo vantant leur nouvel animal sur la toile. C'est ainsi qu'un lionceau a pu être trouvé par la fondation chez un particulier de Noisy-le-Sec (93), alors qu'il vivait dans des conditions déplorables. L'animal vit désormais dans un sanctuaire aux Pays-Bas, mais les lieux d'accueil n'ont désormais plus de place, et il devient difficile de reloger ces animaux habitués à l'Homme, qui ne pourront pas retourner dans un milieu sauvage.

Le commerce illégal d'animaux sauvages pourrait trouver un coupable dans le domaine du cirque. C'est dans un cirque que le noiséen a pu se procurer le lionceau. En effet "Les cirques qui sont prêts à revendre leurs bébés pour de l’argent se moquent de leurs conditions de vie après" d'après André-Joseph Bouglione (circassien ayant arrêté les spectacles de cirques avec animaux). Les cirques étant itinérants, il est plus facile pour le personnel de cacher les naissances aux yeux des autorités. De plus, les particuliers paient généralement en liquide, laissant peu de traces de leur transaction et étant très discrets sur l'origine de leur nouvel animal sauvage.

 

Source : 30 Millions d'Amis

Articles similaires