janv. 8

Les bonobos préfèrent les dominants que les soumis

Lundi 8 janvier 2018, 12:06 Caroline
Contrairement aux humains, les bonobos préfèrent les dominants agressifs malgré leur qualité sociale d'entraide reconnue

Contrairement aux humains, les bonobos préfèrent les dominants agressifs malgré leur qualité sociale d'entraide reconnue

La première expérience des chercheurs de l'université de Durham en Caroline du Nord consistait à montrer aux bonobos deux vidéos sur laquelle un personnage tentait d'escalader une colline trois fois sans succès avant qu'un assistant vienne l'aider à grimper en le poussant jusqu'au sommet pour la première vidéo. Pour la deuxième, un troisième personnage qui vient du haut de la colline, repousse le grimpeur en bas avant de retourner d'où il venait, au sommet de la colline. Les scientifiques ont ensuite présenté sous des représentations des personnages d'aidant et de gênant, une même quantité de la même nourriture. Les bonobos avaient ensuite à choisir de quel personnage il voulait bien recevoir de la nourriture, montrant ainsi aux chercheurs leur préférence de personnage.

De la même façon, une seconde expérience mettant en scène 3 acteurs : un neutre qui jetait un jouet loin de lui, un aidant qui va ramasser le jouet pour tenter de le rendre à son propriétaire neutre, et un gêneur qui vient arracher agressivement le jouet des mains de l'aidant. Immédiatement après la réalisation de cette scène, l'aidant et l'empêcheur présentent au bonobos un morceau de pomme identique et le bonobos a choisi de recevoir de la nourriture de la part du personnage qu'il préfèrait.

Les bonobos semblent préférer les personnages auteurs de comportements agressifs puisque c'est en grande majorité qu'ils choisissaient la nourriture proposée par ces derniers. Sans doutes parce qu'il est rassurant pour eux d'avoir des "amis" de statut élevé. Si les humains peuvent également avoir ce même genre de comportement, les rejets sociaux des personnes à tendance aggressive incitent chacun a être suffisamment gentil pour se faire accepter par autrui.

 

Source : Current Biology

Articles similaires