déc. 17

Le venin de guêpes transformé en antibiotique ?

Lundi 17 décembre 2018, 19:55 Julie
Le venin de guêpe sud-américaine est riche en molécules anti-bactériennes

Le venin de guêpe sud-américaine est riche en molécules anti-bactériennes

À partir du venin de guêpe, des scientifiques ont conçu un antibiotique potentiel. Alors que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) alerte sur la résistance des bactéries aux antibiotiques classiques, cette découverte pourrait sauver des milliers de vies. 

Le venin de guêpe sud-américaine est riche en molécules antibactériennes, grâce aux travaux de prestigieux chercheurs américains, un dérivé de ce venin pourrait bientôt soigner une infection. Comment ? En modifiant une des composantes de ce précieux venin, afin qu'elle puisse éliminer une infection bactérienne en seulement quatre jours, sans aucune toxicité. 

"Nous avons transformé une molécule toxique en une molécule viable pour traiter les infections."

Comme tous les organismes vivants (dont les humains), les guêpes produisent des "peptides microbiennes" (petites protéines) afin de se protéger des bactéries et certaines s'attaquent même aux champignons, parasites ou autres organismes pathogènes. 

Les antibiotiques, découverts dans les années 1920, ont pu sauver la vie de millions de personnes, mais malheureusement, actuellement, certaines bactéries résistent aux médicaments. L'OMS nous alerte : 

La résistance aux antibiotiques constitue aujourd'hui l'une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement. 

Et craint "une ère post-antibiotique dans laquelle des infections courantes et de petites blessures seront à nouveau mortelles." Suite à cette alerte de l'OMS, le gouvernement français a mis en place un plan de lutte à hauteur de 40 millions d'euros.

Ce venin, toxique pour l'être humain à son état pur, subira donc de nombreuses modifications avant d'être sereinement utilisé, c'est-à-dire exploiter au mieux son pouvoir antibactérien tout en limitant sa toxicité. 

Toutes les étapes de ces modifications sont publiées dans Nature Communication Biology.

Référence

Gaubert, C., (2018). De toxique à thérapeutique : un antibiotique potentiel à partir de venin de guêpes. Repéré sur Sciences et Avenir.

Articles similaires