mars 25

L’Arctique est désormais condamné

Lundi 25 mars 2019, 19:51 Laurent
La fonte de L'arctique est irréversible...

La fonte de l'Arctique est devenue irréversible...

Bientôt, les paysages enneigés et recouvert de glaces, ne seront plus qu'un lointain souvenir... En effet, selon une récente étude de l'ONU, il est désormais trop tard pour lutter contre la fonte de L'Arctique. Le rapport insiste également sur le fait que même si nous stoppons toutes les activités humaines produisant les émissions de carbone maintenant, la température grimpera quand même de 3°C à partir de 2050 et de 5 à 9 °C d’ici 2080. 

Toute cette altération des températures ne sera pas sans d'importantes conséquences, plus inquiétantes les unes que les autres. La montée des eaux sera accélérée, engendrant des inondations côtières, de l’érosion des sols, de nombreux dégâts au niveau des infrastructures et d'importants dérèglements climatiques. 

Joyce Msuya, directrice exécutive par intérim d’ONU Environnement lance un cri d'alarme : 

« Ce qui se passe en Arctique ne reste pas en Arctique. Des mesures plus urgentes en matière de lutte contre le changement climatique sont plus que nécessaires si nous souhaitons nous écarter des points critiques qui pourraient être encore plus graves pour notre planète ».

En effet, l'Arctique contient tout un pergélisol contenant une quantité astronomique de gaz à effet de serre de carbone et de méthane (s'élevant à des milliards de tonnes). Une fois ces gaz libérés du sol par son dégel, cela accélérera la fonte des glaces et en amplifiera le réchauffement climatique et l'acidification des océans. Résultat : tout un écosystème connaîtra une modification très importante. De ce fait, les coraux, les mollusques et le plancton devront utiliser de l’énergie pour construire leurs coquilles et leurs squelettes. 

Le ministre finlandais de l’Environnement, de l’Énergie et du Logement, Kimmo Tiilikainen a vivement réagi : 

« L’urgence de réaliser les objectifs de l’accord de Paris se manifeste clairement dans l’Arctique, car il s’agit d’une des régions les plus vulnérables et les plus en mutation du monde. Nous devons considérablement réduire à court terme les émissions de gaz à effet de serre, de carbone noir et d’autres éléments considérés comme des polluants climatiques à court terme dans le monde entier ».

Et on ne pourra pas dire qu'on n'avait pas été alerté maintes fois par la communauté scientifique...

Référence

Louvet, B., (21/03/2019). C’est officiel : on ne peut plus rien faire pour sauver l’Arctique. Repéré sur SciencePost.

Articles similaires