avr. 3

L'altruisme des animaux

Mardi 3 avril 2018, 19:57 Justine
Mammifères, insectes : ils coopèrent tous

Mammifères, insectes : ils coopèrent tous

Nous retrouvons chez la plupart des animaux une forme de collaboration, surtout au sein de la relation mère/enfant. Très empathiques, les éléphants protègent les petits bloqués dans des fossés et apeurés en les caressant. Ces pachydermes sont reconnus pour avoir des liens sociaux très développés, ils montrent des signes d'empathie et de protection.

Les chimpanzés adoptent des jeunes singes abandonnés et aident les blessés. Une expérience révèle que lorsque nous proposons deux jetons de couleur aux capucins, ils optent pour celui qui leur permettra de partager une récompense avec un compagnon plutôt que celui qui leur permettrait de déguster seul des grains de raisin.

Chez la fourmi, c'est une question de descendance : elles travaillent pour nourrir les générations futures. Contrairement à la majorité des êtres vivants, ces insectes sociaux favorisent la propagation de leur patrimoine en protégeant les individus auxquels ils sont apparentés. C'est une forme de programmation génétique.

Mammifères, insectes : ils coopèrent tous

Le rat est un être bienfaisant, si un rat aperçoit un de ses camarades bloqué dans un tuyau, il fera tout pour le libérer et ainsi il fera preuve de générosité en matière de partage de nourriture. De même, le rongeur ira même jusqu'à ouvrir une trappe dans la paroi d'un aquarium si cela permet à un autre rat de se hisser hors de l'eau. Il aidera d'autant plus son acolyte s'il a subi lui-même cette expérience. 

Le corbeau est un oiseau généreux : si l'un d'entre eux trouve une carcasse d'animal, il émet des cris pour inviter d'autres corbeaux au repas. Mais, il semblerait qu'il les appelle pour ne pas avoir à subir la force d'animaux plus gros et affamés. Les corvidés sont reconnus comme étant les plus altruistes des oiseaux, en effet, les pies peuvent même actionner un levier qui distribuera de la nourriture à leurs camarades sans même en profiter.

Ces animaux se montrent plus collaborateurs que certains humains, un exemple à suivre qui devrait profiter à la cohésion sociale.

Source : Le Temps

Articles similaires