mai 18

La Seabin : une demi-tonne de déchets absorbés par an

Vendredi 18 mai 2018, 19:35 Justine
Une conception australienne, une production française

Une conception australienne, une production française

Il est prévu qu'en 2050, nous trouverons davantage de plastique que de poissons dans les océans. En attendant, dans les zones industrialo-portuaires, les déchets s'empilent, allant de sachets plastiques aux hydrocarbures. Qui plus est, selon une étude de l'UNESCO, la pollution d'origine terrestre représente 80 % de la pollution marine... Pour faire face à cette catastrophe grandissante, l'australien Andrew Turton a eu la brillante idée de créer une poubelle capable de collecter les déchets flottants. En 2013, avec l'aide du designer Peter Ceglinski et d'un financement atteignant 550.000 euros, Andrew a élaboré plusieurs prototypes. 

Cependant, c'est l'investissement de la société française Poralu Marine qui a été déterminant dans la concrétisation de ce nouveau projet. Son utilisation est très simple : fixée à un ponton, la "poubelle des mers" crée un courant continu par le biais de sa pompe électrique. Dotée d'un débit de 25.000 litres par heure, elle est composée de fibres naturelles capables de piéger jusqu’à 20 kg de déchets. Quant aux hydrocarbures, ils sont maintenus dans un réceptacle spécial. Une fois la Seabin remplie, les agents portuaires sont chargés d'envoyer les détritus au centre de recyclage ou dans une filière de traitement. De plus, sa consommation d'énergie est très faible. En effet, elle est compatible avec les énergies renouvelables comme l'éolienne et les panneaux solaires.

Son coût s'élève à 3.300 euros. Déjà testée à Portsmouth, Palma de Majorque et à la Grande-Motte, la Seabin pourrait bien être le futur de l'écologie puisque ce dispositif est inoffensif pour les poissons et mammifères marins.

Référence

Rouat, S., (2017). Seabin, la "poubelle des mers" s'attaque à la pollution marine. Repéré sur Sciences et Avenir.

Articles similaires