Retour au contenu
avr. 27

La reproduction in vitro pour faire renaître le rhinocéros blanc du nord ?


  • Vendredi 27 avril 2018, 20:41
  • Julie
Il ne reste plus que deux femelles de rhinocéros blanc du nord en captivité

Il ne reste plus que deux femelles de rhinocéros blanc du nord en captivité

Le dernier mâle de l'espèce du rhinocéros blanc du nord, Sudan, est mort le 19 mars dernier à l'âge de 45 ans (Cf : Le dernier rhinocéros blanc mâle est mort), ne laissant derrière lui que deux femelles, sa fille et sa petite-fille âgées respectivement de 29 et 18 ans. Ce décès signifiait alors la disparition de cette espèce sur Terre, enfin, peut-être pas.

En effet, avant sa mort, Sudan a été prélevé de sa semence, son "matériel génétique", à l'âge de 41 ans, mais pas seulement. Divers échantillons (peau, oreilles ou testicules) avaient aussi été prélevés, à Sudan et à d'autres rhinocéros et sont actuellement conservés dans des laboratoires du monde entier. C'est ainsi qu'un réel plan de bataille pour faire renaître l'espèce est en train de se mettre en place. Deux options s'offrent aux chercheurs :

La première consistant à inséminer les ovocytes des femelles avec le sperme congelé de Sudan, in vitro. Même si cette technique a déjà été testée chez d'autres mammifères, tels que les bisons ou les vaches, l'opération pourrait être plus compliquée dans ce cas précis. En effet, à l'heure actuelle, les scientifiques ne possèdent pas d'ovule femelle, et le prélèvement est très difficile chez ce mammifère, car "il faut effectuer une ponction avec une sonde à ultrasons et une aiguille, ce qui peut être assez traumatisant", selon le directeur de la communication du zoo de Dvůr Králové (République Tchèque), où a vécu Sudan jusqu'en 2009. De plus, l'implantation de l'embryon dans l'utérus d'une des descendantes du défunt est une opération à risque.

La deuxième option serait de reprogrammer des cellules classiques issues de ces échantillons, afin d'engendrer des cellules capables de former du sperme et des ovules, et ainsi obtenir du sperme de meilleure qualité que celui de Sudan, déjà âgé lors du prélèvement. Ici, la méthode a déjà été testée avec succès chez les souris, mais l'expérience n'a pas donné d'ovules chez les rhinocéros pour le moment.

Pour résumer, quelle que soit la méthode utilisée, elle sera extrêmement coûteuse et longue (9 millions d'euros). Selon Richard Emslie, expert en rhinocéros au sein de l'Union Internationale pour la conservation de la Nature (UICN) "ces rêves high tech détournent l'attention des vrais sujets, comme le renforcement de la loi contre le braconnage ou la surveillance des individus dans leur habitat naturel". Pour lui, l'argent dépensé pourrait être utilisé pour les espèces encore existantes.

Grâce aux différentes démarches dans la lutte contre le braconnage, les rhinocéros noirs sont aujourd'hui environ 5000, contre seulement 2410, en 1995.

Référence

Deluzarche, C., (2018). Rhinocéros blanc du Nord : ils veulent le ressusciter. Repéré sur Futura-sciences.

Articles similaires

suivi animal

Actualité / Tutoriels / Forums / Généalogie / Fiche d'identité