oct. 4

La pollution lumineuse touche aussi les animaux

Jeudi 4 octobre 2018, 19:43 Julie
Un fléau pour le cerveau humain, mais aussi pour celui des insectes et des animaux

Un fléau pour le cerveau humain, mais aussi pour celui des insectes et des animaux

À l'origine de différents troubles, comme le manque de sommeil, la pollution lumineuse est un réel fléau pour le cerveau humain, mais pas seulement. En effet, les éclairages détruisant l'obscurité ont aussi une incidence sur les animaux

L'horloge biologique des espèces animales est, tout comme celle des êtres humains, perturbée par les lumières artificielles. Cela est dû à une sensibilité aux lumières bleues émises par les enseignes publicitaires et les lampadaires

Les animaux et les insectes réagissent de deux manières différentes face à ces lumières. Certains sont attirés par la lumière naturelle pour s'orienter et reproduisent alors ce comportement avec la lumière artificielle, d'autres sont repoussés par la lumière et l'interprètent comme un danger, comme un prédateur. La superficie de leur habitat diminue et devient alors morcelée. Plus concernés par le premier cas, les insectes restent bloqués et meurent d'épuisement ou à cause de la chaleur

Pour Romain Sordello, ingénieur et expert en biodiversité : 

"La pollution lumineuse perturbe les déplacements de la faune et constitue pour certaines espèces une barrière infranchissable."

Mais il ne s'arrête pas là. Selon lui, les effets de ces lumières artificielles sur les insectes se répercutent sur les arbres, les plantes et les fleurs, car ce sont ces petits êtres qui permettent la pollinisation, condition principale de la reproduction végétale. De plus, les végétaux "se référent à la lumière pour la floraison, la tombée des feuilles et l'ouverture des bourgeons". 

La mélatonine (hormone du sommeil) est présente chez les végétaux, les animaux et les êtres humains.

"Les lampes de couleur jaune et orange utilisées couramment pour l'éclairage public (et qui n'ont pas d'impact sur la biodiversité sont remplacées par des lampes à LED de couleur bleue. Une couleur à laquelle les animaux et les insectes sont sensibles au même titre que les êtres humains."

Toujours selon Romain Sordello : 

"Le sujet de la pollution lumineuse est transversal. Si on le prend uniquement par l'entrée économies d'énergie, on peut commettre des erreurs et mettre en danger la biodiversité. C'est la manière dont la lumière blanche est conçue le véritable problème, plus la lumière est filtrée plus elle consomme de l'énergie."

Car en effet, cette solution écologique que sont les lumières bleues (choisies pour leur faible consommation) a un impact direct sur la biodiversité : la lumière blanche (plus agréable pour l’œil humain) est conçue grâce à la couleur bleue qui permet de filtrer le jaune.

Pour l'ingénieur et le ministère de la transition écologique, il faut prendre en compte le fonctionnement des écosystèmes dans ce contexte pollué par la lumière et ainsi créer de nouveaux milieux naturels. 

Référence

Boetti, M., (2018). Les humains ne sont pas les seuls à être touchés par la pollution lumineuse. Repéré sur Huffington Post.

Articles similaires