Retour au contenu
avr. 20

En Ouganda, 11 lions ont été empoisonnés


  • Vendredi 20 avril 2018, 13:53
  • Julie
Le contact entre l'Homme et la faune sauvage mène à la perte de celle-ci

Le contact entre l'Homme et la faune sauvage mène à la perte de celle-ci

C'est connu, l'Homme empiète sur l'habitat de la faune sauvage, la menaçant chaque jour plus, mais cela ne s'arrête pas là. Dans le parc national Queen Elizabeth en Ouganda, ce sont 11 lions (8 lionceaux et 3 lionnes) qui ont été retrouvés morts empoisonnés ce 11 avril, par les autorités de la faune.

Ce groupe de lions, composé aussi de 3 mâles, avait la particularité de monter aux arbres, ce qui attirait grand nombre de touristes venant voir les fameux fauves acrobates. Ils avaient même été filmés pour la réalisation d'un documentaire sur les lions grimpeurs de l'Ouganda par un explorateur de National Geographic, Alex Braczkowski. "Je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer," explique-t-il. "Je les ai suivis tous les jours en voiture lorsque je les filmais. Je m'étais attaché à eux."

Découvertes près du village de pêcheurs d'Hamkungu, les carcasses auraient été rongées jusqu'à l'os par les hyènes. Elles sont actuellement analysées, mais selon Alex Braczkowski, il n'y pas de doute possible, les félins ont été empoisonnés avec de l'aldicarbe, un insecticide abordable et trouvable en magasin. L'aldicarbe est un carbamate, c'est à dire qu'il empêche une enzyme spécifique de décomposer les substances chimiques qui transmettent l'influx nerveux, provoquant des vomissements, des difficultés à respirer et la mort, généralement causée par suffocation.

Même si à l'heure actuelle, il n'y a aucun suspect, les autorités ougandaises de la faune pensent que ce sont des éleveurs de bétail qui auraient empoisonné les lions en représailles, car ils auraient tué quelques-unes de leurs bêtes. En Afrique de l'est, avec des contacts de plus en plus nombreux entre les grands carnivores et les éleveurs de bétail, les cas d'empoisonnements intentionnels ne sont pas rares.

Dans le parc national Queen Elizabeth, où sont situés quelques villages de pêcheurs, les éleveurs de bétail laissent parfois leurs bêtes sortir des limites du village, là où l'herbe est plus verte, les laissant se rapprocher dangereusement du territoire des lions, qui n'hésitent pas à se jeter dessus.

En 2008, il y avait 120 lions dans le parc, mais selon Alex Brazckowski, si les empoisonnements continuent au même rythme, il n'y en aura plus aucun d'ici 5 ans. En 2017, quatre lions sont déjà morts empoisonnés. En 2015, trois lions du clan Marsh au Kenya sont morts après avoir mangé une vache dont la carcasse avait été arrosée de pesticide. Au cours des 75 dernières années, la population de lions d'Afrique a chuté de 90 %.

Le Uganda Carnivore Program, qui fait des recherches et surveille la faune, mène aussi des programmes de conservation auprès des habitants afin de trouver des solutions, comme par exemple indemniser les éleveurs à hauteur du prix du marché pour les vaches tuées par les prédateurs. De plus, les représentants du parc souhaitent prendre des lionnes adultes d'une autre troupe pour encourager la reproduction et ainsi augmenter le nombre de lions.

Selon Alex Brazckowski, "les lions ont encore leur habitat et il y a encore des proies. Il y a donc encore de l'espoir".

Source : National Geographic

 

 

Articles similaires

suivi animal

Actualité / Tutoriels / Forums / Généalogie / Fiche d'identité