sept. 27

Deux femelles gorilles nées au zoo de Beauval, réintroduites au Gabon

Vendredi 27 septembre 2019, 07:30 Laurent
Cette initiative part de la fondation britannique Aspinall, qui s'emploie à réadapter des animaux nés en captivité à la vie sauvage

Cette initiative part de la fondation britannique Aspinall, qui oeuvre à réadapter des animaux nés en captivité à la vie sauvage

En juin dernier le zoo parc de Beauval venait de créer la surprise en annonçant depuis les réseaux sociaux le départ de Mayombe et Kuimba, nées toutes les deux en captivité à Beauval. Il ne s’agit pas d’un simple échange entre zoos, mais plutôt d’une collaboration avec la Fondation britannique Aspinall, qui a pour coutume de permettre la réintroduction d’animaux captifs dans leur milieu naturel originel. Pourtant, s’agit-il d’idées reçues lorsque l’on dit que l’animal né en captivité n’est tout simplement pas en mesure d’assurer sa survie dans (n’ayons pas peur des mots) un milieu hostile ? Afin de répondre précisément à cette question, nous avons demandé l’avis de Fabrice Martinez, président et fondateur de l’association Gorilla

Oui, sans aucun doute, car ce projet initié par la fondation Aspinall n’en est pas à son coup d’essai. Voilà de nombreuses années que cette association anglaise, propriétaire de zoos, a décidé avec succès de rendre certains gorilles nés en captivité à la liberté, au Gabon. Ce qui est nouveau, c’est l’association avec le zoo français de Beauval censée favoriser une certaine diversité génétique. Ces deux gorilles femelles seront donc progressivement habitués à l’école de liberté, et iront ensuite rejoindre d’autres gorilles ex-captifs, tous originaires du zoo anglais, qui composent aujourd’hui un groupe homogène et indépendant de l’homme. Par ailleurs, ces gorilles sont relâchés dans une zone où les gorilles sauvages ont disparu en raison de la pression humaine et du braconnage, ce qui évitera les éventuels conflits pour la dominance du territoire.

Pour mener à bien l’opération, les guenons ont d’abord été accompagnées par un vétérinaire et un soigneur du zoo. Pendant plusieurs mois, elles seront installées sur une île du parc national des plateaux Batéké, à l’est du Gabon. Un mâle venant d’Angleterre va rejoindre le groupe. Une fois, bien préparés à ce changement de vie, le groupe, sera relâcher dans la forêt équatoriale, livré à lui-même et prêt à devenir sauvage. 

Référence

AFP, (20/06/2019). Deux gorilles nés au zoo de Beauval vont être réintroduits dans la nature au Gabon. Repéré sur BFM TV.

Articles similaires