avr. 8

Des trafiquants d'animaux sauvages prévoyaient de vendre des dragons de Komodo via Facebook

Lundi 8 avril 2019, 18:10 Laurent
Heureusement le trafic de dragons a été déjoué par les autorités indonésiennes

Heureusement, le trafic de dragons a été déjoué par les autorités indonésiennes

Le 27 mars dernier, les autorités indonésiennes ont informé dans un communiqué avoir déjoué à temps la vente de cinq dragons de Komodo ainsi que plusieurs dizaines d'animaux sauvages en tout genre, par le biais du réseau social Facebook. 

Les animaux étaient vendus pour un montant oscillant entre 15 et 20 millions de roupies, soit l’équivalent de 935 euros. Les cinq trafiquants ont été interpellés sur l'île de Java. Par le passé les mêmes protagonistes avaient déjà eu recours à des techniques similaires en vendant des cacatoès, des binturongs (mammifère asiatique vivant dans les arbres, libérant entre autres, une odeur de pop-corn pour séduire les femelles) et des casoars (grand oiseau coureur). 

Les récidivistes risquent jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et une amende de 100 millions de roupies (6.240 euros). 

La police indonésienne est régulièrement confrontée à ces pratiques illégales. En effet, la forêt tropicale abritant une riche biodiversité, elle est source de nombreuses convoitises qui alimentent les trafics et marchés noirs. Il y a peu, d'autres contrebandiers furent arrêtés à l'est de Java pour avoir vendu, des loutres, des pangolins et des chats-léopards. 

Référence

Duhieu, S., AFP, (27/03/2019). Indonésie : des dragons de Komodo vendus sur Facebook. Repéré sur RTL.

Articles similaires