oct. 8

Des juments sont maltraitées pour satisfaire les laboratoires et les éleveurs

Dimanche 8 octobre 2017, 14:31 Caroline
Des juments sont maltraitées pour satisfaire la demande de production des laboratoires et éleveurs

Des juments sont maltraitées pour satisfaire la demande de production des laboratoires et éleveurs

L'Europe, les États-Unis et le Canada sont les principaux importateurs d'une hormone : la gonadotrophine chorionique équine (eCG). L'importation de cette hormone répond à un besoin croissant de productivité et rentabilité des élevages de bovins, ovins, caprins et porcins, puisque celle-ci permet de rendre fécondes plus rapidement les femelles. 

Ce besoin de produire plus d'animaux d'élevage vient de nos habitudes de consommation comme vouloir manger de l'agneau à Pâques alors que les agneaux naissent généralement au début de l'été. Sans qu'on le sache forcément, des juments sont maltraitées pour répondre à ces besoins.

Car la production de cette hormone a un prix. Pour l'obtenir, il faut prélever le sang de juments en gestation. Au bout de 40 jours de gestation elles produiront l'hormone voulue pendant encore 80 jours. Pour répondre à la demande des laboratoires, plus de 10 000 juments sont exploitées en Argentine et Uruguay. Sans surveillance vétérinaire, on les oblige parfois violemment à rentrer dans leur box pour leur prélever 10 litres de sang jusqu'à 2 fois par semaine. Celles qui survivent à l'anémie se feront avorter manuellement sans anesthésie, puis sont de nouveau fécondées. Les juments devenues stériles passent donc à l'abattoir, n'ayant plus d'avenir dans ces fermes à sang.

 

Source : Le Monde

Articles similaires