juin 14

Au zoo de Thoiry, le fumier devient de l'énergie

Jeudi 14 juin 2018, 19:47 Julie
Le zoo vient de créer une station de biométhanisation

Le zoo vient de créer une station de biométhanisation

Cela fait dix ans que le Zoo de Thoiry, situé dans les Yvelines, travaille sur un projet : produire de l’énergie verte avec du fumier et des résidus végétaux. Et c'est chose faite ! 

Le zoo vient de lancer son unité de production de biométhane, à côté de la réserve africaine, dont les principaux résidents sont les éléphants, plus gros pourvoyeurs de matière première dans le processus. La société Thoiry bioénergie vient d'entrer en activité pour une phase de test.

La matière première ? le fumier du zoo, et les déchets verts fournis par une quarantaine de partenaires (haras, agriculteurs, éleveurs, commerçants, collectivités…). La station de biométhanisation est calibrée pour transformer 10 950 tonnes de déchets par an, et elle pourra doubler sa capacité de production à moyen terme. Après 21 jours dans un "digesteur", où un concentré de bactéries et de micro-organismes agissent pour dégrader la matière, soumise à une température de 55 °C cette matière première devient du biogaz. (60% de méthane et 40% de dioxyde de carbone) Après une phase d’épuration, le biogaz devient biométhane (98 % de méthane), et peut ainsi être diffusé dans le réseau GRDF.

A la fin de ce processus, le biométhane alimente les abris des animaux du zoo, qui peuvent dormir au chaud grâce à l’énergie qu’ils ont largement contribué à produire. Le château de Thoiry profite, lui aussi du système, devenant ainsi le premier château de France chauffé au biométhane. Huit communes alentour vont elles aussi pouvoir bénéficier de cette toute nouvelle énergie. 

Sylvie Fleury, ingénieur en génie des procédés chimiques et biologiques, directrice d’exploitation du site, ajoute qu'à partir de ce "digestat" est créé un fertilisant issu de la méthanisation

"Nous en produirons 9 500 t par an. Cet engrais naturel, qui contient de l’azote, du phosphore et du potassium est restitué au territoire, sept agriculteurs du secteur le récupèrent pour leurs cultures".

Coût de ce projet : 6,7 millions d'euros. Subventionné à hauteur de 24 % par le conseil régional et de 19 % par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Ademe). Le reste de l’investissement est pris en charge par la famille de La Panouse, créatrice du zoo. (mai 1968)

Selon la fille de Monsieur de La Panouse : 

"On ne peut pas protéger les espèces animales si l'on n'est pas respectueux de l'environnement".

 

Référence

Gardet, E., (2018). Zoo de Thoiry : et le fumier d’éléphant créa de l’énergie verte. Repéré sur Le Parisien.

Articles similaires